10/11/2015 - 00:00

PATHE’O : Toronto l’adopte

Rate this item
(0 votes)

Pathé’O est revenu du Canada où il a donné un magnifique défilé à Toronto. C’était le quatrième défilé du créateur ivoirien dans ce vaste pays et le 1er dans la ville de Toronto. Plus qu’un coup d’essai, ça a été un coup de maître. «Succès du premier défilé de mode africain à Toronto».

 

C’est par ce titre que l’hebdomadaire canadien L’Express (NDLR : existe depuis 1976) a résumé à sa Une le compte rendu du défilé de Pathé’O à Toronto. Loin d’être une activité anonyme, l’évènement a été des plus populaires.

Le 12 février dernier, la grande salle de l’hôtel Novotel Toronto a fait le plein pour accueillir Pathé’O pour son premier défilé dans cette ville. A l’ocasion de la première édition d’Akwaba Fashion Elegance 2011 organisé par la structure Akwaba Cultural Exchange dirigée par l’Ivoirien Jean Assamoa. Pour son baptême du feu dans cette cité canadienne, Pathé’O n’y est pas allé de mains mortes. Il a fait le déplacement avec une ligne de vêtements tirés de sa collection Sahel suite. Des tenues hommes et dames faites dans des matières africaines que la Maison Pathé’O a façonnées à sa manière. On y trouvait donc des habits très colorés en voile teint, en pagne tissé, en batik, en indigo et en pagne imprimé. «Les organisateurs voulaient garder leur identité et montrer aux Canadiens que l’Afrique a une culture vestimentaire. C’est pour atteindre cet objectif qu’ils m’ont invité. C’était très motivant car il y avait un engouement énorme. Ils étaient très contents que je sois là pour cet évènement. Il y en a qui vivent à Toronto depuis plus de 30 ans et qui ont oublié l’Afrique », révèle Pathé’O. Pour le journal L’Express, «Grâce à cette première édition, Akwaba va disposer d’un véritable appui pour créer un site Internet dédié à la mode africaine, ainsi que des plaquettes pour de futurs bailleurs de fonds.» Le défilé se situait dans le cadre du «Mois de l’histoire des Noirs au Canada». L’association Akwaba, regroupant plusieurs couches socioprofessionnelles d’Africains comme des professeurs d’université, des chercheurs de cet immense pays, etc… a donc saisi l’occasion pour lancer son projet culturel avec Pathé’O. «Lorsqu’on dit Pathé’O, partout, les gens sont curieux de voir ce qu’on sait faire et ce qu’on va présenter. Certains des mannequins n’étaient pas professionnels mais on a fait avec. C’était finalement un défilé spectacle. Après notre passage, on a eu droit à un véritable standing ovations», dit le créateur. Qui en a profité pour écouler une grande partie de sa collection. «C’est certain qu’on a vendu, mais notre but n’est pas d’aller au Canada avec une valise bien pleine pour vendre et revenir. Pour nous, l’important, c’est la promotion, les contacts et surtout montrer le savoir faire des Africains. Et à ce niveau, on a été satisfait. On a fait beaucoup d’interviewes pour des chaines de télé et de radios canadiennes et dans la presse locale» témoigne-t-il.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Read 41222 times
 

PATHE'O

Bienvenue sur le site officiel de Pathé'O,

Créateur africain de mode.

Newsletter

Assurez-vous que vous ne manquez pas les événements intéressants en se joignant à notre programme de bulletin.